1 877 974-3330 1.877.974.3330 --1.877.974.3330

La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier!

Communauté La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier!
La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier! chez Hyundai Trois-Rivières à Trois-Rivières
La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier! chez Hyundai Trois-Rivières à Trois-Rivières
La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier! chez Hyundai Trois-Rivières à Trois-Rivières
de photos
La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier! chez Hyundai Trois-Rivières à Trois-Rivières
La course du bonheur… pour le plus grand bonheur d’Olivier! chez Hyundai Trois-Rivières à Trois-Rivières

Le 7 juin dernier, au Demi-Marathon des pompiers de Grand-Mère, Maxime et Etienne Vincent ont parcouru 21 km en poussant une chaise roulante adaptée accueillant Olivier Pagé, un jeune trifluvien de 26 ans atteint de la paralysie cérébrale.

« J’ai adoré participer à la course du bonheur » affirme Olivier. « Je me suis senti important dans l’équipe. Chacun de mes anges me tenaient au courant de leur entrainement hebdomadaire et je faisais tout mon possible pour les encourager (Olivier peut écrire, voir le paragraphe suivant)! Durant la journée de la course, je me sentais tellement énervé et l’important est que je ne me sentais pas une barrière avec mes gars…je me suis senti toujours apprécié et impliqué dans l’équipe! Quand nous étions dans la forêt sur la piste cyclable, c’était magnifique! Et j’étais presque déçu que ca se termine à l’arrivée… Finalement c’est une journée que j’ai tellement aimée! ».

Écrire… avec son orteil!

Bien qu’atteint de paralysie cérébrale, Olivier peut en effet transmettre ses émotions oralement mais aussi à l’écrit grâce à son gros orteil, seul membre de son corps sur lequel Olivier a le parfait contrôle. « J’écrivais à mes anges de course avec mes pieds sur un clavier adapté » explique Olivier. « C’est un clavier sur un support au sol. Il a un protège-touches avec des trous pour entrer mon gros orteil droit pour taper chaque lettre. J’ai aussi une souris au pied qui fait les cliques et les doubles cliques ».

Indépendant malgré son handicap

« Quand je suis venu au monde, je ne respirais pas par moi-même. Les médecins m’ont mis sous oxygène tout de suite. Après 30 minutes de pompage à la main, j’ai commencé à respirer. Les médecins supposent maintenant que j’ai manqué d’oxygène à l’intérieur du ventre de ma mère durant l’accouchement, sans savoir pourquoi » explique Olivier. Il a donc grandi avec ce handicap et avec des bras incoordonnés. Aujourd’hui, Olivier vit en appartement avec des services 24h/24 pour ses besoins essentiels et a lancé une petite entreprise d’hébergement de sites web; comme quoi que même avec un handicap, on peut être actif dans la vie!

Notre deuxième participation à la course du bonheur

Cette année, l’équipe de Groupe Vincent participant à cette course du bonheur a été mise sur pied par Fred Dion, ami de longue date de Maxime Vincent et plus récemment, d’Olivier Pagé. « Olivier est venu voir l’une de mes conférences avec son grand-père il y a quelques années. Il est ensuite venu me parler et a suivi toutes mes aventures. Quand il vient voir mes conférences, je vais le chercher à la porte. Olivier est devenu un ami! J’ai poussé Olivier lors d’une Série du Diable à Shawinigan en 2013 et j’avais bien aimé l’expérience. L’an passé, nous avions poussé la conjointe d’un employé de Groupe Vincent et cette année, c’était le tour d’Olivier! » décrit Fred Dion. « Cependant, une vilaine blessure au mollet m’a forcé à ne pas courir cette année. J’ai tenu à accompagner l’équipe en vélo, comme Maxime Vincent qui avait aussi une blessure à la cheville! ».

Groupe Vincent aimerait par ailleurs remercier les deux coureurs émérites qui ont pris leur relève à pied levé, soit Nicholas Berrouard et Guillaume Robin, et féliciter toute l’équipe de Carl Bouliane pour l’excellente organisation, année après année, de ce fabuleux évènement. Longue vie au Demi-marathon des pompiers de Shawinigan!

Crédits photo : Kalinka Bassaraba